Aller au contenu principal du site

Histoire

Le Moulin de Lonceux

Le Moulin de Lonceux possède une valeur conservatoire exceptionnelle. Mentionné dès le XVIIIème siècle sur les cartes de Cassini, il constitue l’un des derniers ensembles homogènes de ce type en Beauce. Pendant plusieurs siècles, le moulin produisait chaque année des dizaines de tonnes de farine.

Le règlement d’eau du moulin est une ordonnance du roi Louis-Philippe, signé en 1836 aux Tuileries. Il régit le moulin de Lonceux ainsi que deux autres moulins voisins sur la Voise. Ce texte fait encore autorité à ce jour.

Le moulin fut rénové au XIXème siècle, comme en témoignent les dates lisibles sur la façade et le bief (1863 et 1877).

Témoin historique et sociologique des débuts de l’industrialisation, il comprend l’ensemble de la machinerie d’époque, un générateur pour produire de l’électricité (l’électrification ne fut faite qu’en 1966). La gare de voyageurs et de marchandises de Levainville a permis de remplacer la lourde farinière que tirait un cheval de trait, par un train vers Auneau d’un côté et Dreux de l’autre, et ce, jusqu’en 1939. La farine était ensuite expédiée vers Paris….

Pendant deux décennies encore (1950-1970), le moulin écrasait de l’orge et aplatissait de l’avoine. Lorsque le niveau de la Voise était trop bas pour faire fonctionner la roue, les engrenages étaient entraînés par la force d’une chaudière à charbon et à bois.

Il fut abandonné un temps… la roue a été ré-installée entre 1969-72.

Plusieurs propriétaires privés se sont succédé, ont entretenu et fait « tourner » le moulin pour leur plaisir. Il fut rénové entièrement en 2004 et 2005 par nos prédécesseurs qui ont fait appel à une société spécialisée dans la rénovation de mécanismes anciens.

Fort de cette nouvelle jeunesse, le moulin produit à nouveau de la farine broyée sur meule de pierres « à l’ancienne »… ce qui lui confèrerait des qualités gustatives et nutritionnelles de qualité…